Accouchement : "Papa avec maman et moi" Bordeaux Gironde

Mises au point par une sage-femme libérale, Sylvie Bonhommet, les séances de préparation « Papa avec maman et moi » ont la particularité de commencer assez tôt durant la grossesse – dès le 5 ème mois – et d’inclure activement le futur père. Présent idéalement à toutes les séances, il se familiarise avec plusieurs outils pour aider sa compagne à gérer la douleur. Bien plus qu’une préparation physique, les séances se veulent également un espace de dialogue. Une préparation à la parentalité, en somme.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Le Petit Prince
(055) 686-2555
359 Bis Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde
 
Sous Mon Toit
(081) 058-7769
2 cours du XXX juillet 33064
Bordeaux, Gironde
 
Maman Bio
(055) 696-2024
42 Cours Verdun
Bordeaux, Gironde
 
Générale des Services
(055) 617-7808
489 Avenue de Lattre de Tassigny
Bordeaux, Gironde
 
Les Chérubins
(081) 011-1010
59 rue Vaucouleurs
Bordeaux, Gironde
 
Opali
(055) 787-4230
13 rue Camille Godard
Bordeaux, Gironde
 
Les Calins d'Orme
(055) 669-8005
212 rue Naujac
Bordeaux, Gironde
 
Vivéo Services
(081) 165-0180
9 rue Condé
Bordeaux, Gironde
 
Vivradomicile
(055) 631-3027
28 Bis rue Brun
Bordeaux, Gironde
 
Fnac Eveil et Jeux
(089) 235-0666
CC Mérignac Soleil
Mérignac, Gironde
 

Accouchement : "Papa avec maman et moi"

Contenu fourni par:

Redonner sa place au père

« Ma femme est enceinte, elle a du mal à se faire à son corps qui change. Je ne sais pas comment l’aider. Je me sens inutile… », raconte Arnaud, futur papa.

S’il assiste aux différentes échographies et à l’accouchement, le père reste encore souvent cantonné au rôle de spectateur. Impuissant face aux maux de grossesse de sa compagne, démuni face à sa douleur durant l’accouchement, rien ne l’aide à se sentir père et acteur de ces moments importants. Un sentiment partagé par Sylvie Bonhommet, sage-femme libérale et créatrice du concept : « Dans ma pratique en salle d’accouchement puis en cabinet libéral, j’ai été interpellée par la place du père. Depuis des années, on les incite à pénétrer en salle d’accouchement, sans toutefois leur donner les moyens d’y être vraiment utile ».

« La préparation en couple correspond au besoin grandissant pour les papas d’être impliqués dans la naissance de leur enfant, et pour les mamans d’être aidées, sachant que dans les maternités, désormais, on trouvera de moins en moins de personne qui auront le temps de vous expliquer, de vous aider lors de l’accouchement. Etre préparé, c’est maîtriser, c’est gérer. », témoigne un jeune papa qui a suivi « Papa avec maman et moi ».

Impliquer le père ? « Une réelle demande des parents. D’ailleurs, ce sont toujours eux qui font bouger les choses en matière de périnatalité », constate la sage-femme.

Infos pratiques

Pour qui ? Pour tous les parents qui désirent être tous deux actifs de ce moment important de la vie qu’est la mise au monde de leur enfant.

A partir de quand ? Dès le 5ème mois, pour que le papa puisse utiliser tout ce qu’il apprend durant les séances pour soulager, accompagner sa compagne durant la grossesse.

Combien de séances ? 4 à 8 séances de 1 à 2 heures. La présence du père est requise à au moins 5 séances.

Avec qui ? Avec une sage-femme ou un médecin formé au concept. Liste des départements proposant cette préparation sur www.bebea2.com , et coordonnées des praticiens par mail à bebea2@cegetel.net
A savoir : dans certaines maternités, des équipes de gardes sont également formées.

Coût : Les séances sont prises en charge sur la base de 31,80 €

« Depuis plus de 20 ans, j’envisage la naissance comme un véritable marathon sportif. Placer le papa en coach, à la fois mental et physique, permet à la mère de ne pas se sentir seule dans cette aventure », explique la créatrice du concept. Comme tout coach, le père a besoin de moyens. Les séances de préparation « Papa avec maman et moi » sont là pour les lui fournir.

Au fil des séances, guidé par la sage-femme, le futur père s’approprie ainsi trois « outils » pour soulager sa compagne des maux de la grossesse et l’aider à gérer le travail et la douleur le jour J : les massages, la digitopuncture et la déviation de l’attention. Autant de mécanismes qui font appel aux capacités du corps pour moduler la perception de la douleur.

« Prendre » un peu de la douleur de sa compagne, c’est aussi un moyen pour prendre une véritable place dans le processus de la grossesse – et se sentir père au fil des mois. « On a l’habitude de dire que c’est la mère qui fait le père. J’ajouterais qu’elle le fera d’autant plus volontiers qu’il l’a aidée tout au long de la grossesse et de l’accouchement », souligne Sylvie Bonhommet.

Cliquez ici pour lire la suite de l'articles sur le site de Psychologies.com