Bébé s'oppose : le début des conflits Bordeaux Gironde

Bébé commence à vous dire non, à s'opposer, à ne pas écouter ? Cet article vous apportera de plus amples informations et des conseils quant à l'attitude à adopter.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Les Calins d'Orme
(055) 669-8005
212 rue Naujac
Bordeaux, Gironde
 
Vivéo Services
(081) 165-0180
9 rue Condé
Bordeaux, Gironde
 
Générale des Services
(055) 617-7808
489 Avenue de Lattre de Tassigny
Bordeaux, Gironde
 
Opali
(055) 787-4230
13 rue Camille Godard
Bordeaux, Gironde
 
Les Chérubins
(081) 011-1010
59 rue Vaucouleurs
Bordeaux, Gironde
 
Le Petit Prince
(055) 686-2555
359 Bis Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde
 
Maman Bio
(055) 696-2024
42 Cours Verdun
Bordeaux, Gironde
 
Sous Mon Toit
(081) 058-7769
2 cours du XXX juillet 33064
Bordeaux, Gironde
 
Vivradomicile
(055) 631-3027
28 Bis rue Brun
Bordeaux, Gironde
 
Autour de Bébé
(055) 613-0931
9 rue Isaac Newton
Mérignac, Gironde
 

Bébé s'oppose : le début des conflits

Contenu fourni par:

Ibb : Les conflits parents-enfants prennent parfois une dimension déraisonnable…
B.B.-M. : L’intensité de l’opposition dépend du caractère de l’enfant , mais aussi, et peut-être surtout, de la façon dont les parents gèrent la crise.
Exprimées de manière cohérente, les limites sont rassurantes pour l’enfant. Pour un sujet de « conflit » donné, il doit se voir systématiquement opposer la même réponse, que ce soit en présence du père, de la mère ou des deux parents. Prenons, par exemple, un enfant qui refuse de prendre son bain. Si le père reste ferme mais que la mère cède ou si la réponse varie en fonction de l’état de fatigue des parents, l’enfant ne comprendra pas que prendre son bain est une obligation. Il en est de même si les parents se laissent envahir par leur propre colère et ne prennent pas des sanctions proportionnelles à la situation. L’enfant risque alors de s’enfermer dans son opposition.
Si les limites fixées sont floues et fluctuantes, elles perdent le côté rassurant qu’elles doivent avoir.

Ibb : Mais parfois, lorsque les parents sont fatigués ou débordés, ils finissent par céder…
B.B.-M. : Les parents sont souvent démunis car ils n’osent pas frustrer l’enfant. Cela met celui-ci dans un état d’excitation qu’il n’arrive plus à contrôler. Pourtant, je le redis, définir des limites est rassurant pour l’enfant…
Il est cependant possible, dans certains cas, de faire certaines concessions. Il faut, à cet égard, distinguer deux types de limites. Sur les interdits absolus, dans les situations présentant un réel danger ou bien lorsque sont en jeu les principes éducatifs auxquels vous attachez une grande importance (ne pas dormir avec papa et maman par exemple), il convient d’être particulièrement clair et de ne jamais céder. Quand il s’agit, en revanche, de règles « secondaires », qui diffèrent selon les familles (comme l’heure du coucher), il est certainement possible de transiger. Elles peuvent être adaptées au caractère de l’enfant, au contexte, etc. : « D’accord, tu ne vas pas te coucher tout de suite. Tu peux exceptionnellement regarder la télévision un peu plus tard car tu n’as pas école demain. Mais je ne lirai pas d’histoire ce soir. »

Lire d'autres articles sur le site de Infobebes