CHRONIQUE : La mode du réel Bordeaux Gironde

Notre vie joue, souvent, à cache-cache avec le réel. Par illusion, nous croyons être dans une situation différente de ce qu’elle est réellement. Par ignorance ou naïveté, nous ne « réalisons » pas, à temps, ce qui est en train de nous arriver en vrai.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
MARESTIN DELESTRE REGINE MARIE
(055) 601-2913
17 Rue Barennes
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Bertin Amélie
(055) 679-2258
12 Rue Ste Catherine
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Chêne Emmanuelle
(055) 617-0329
100 Avenue Verdun
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Chomienne-Pontalis Jenny
(055) 693-2824
11 Rue Théodore Ducos
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Peyrucq Claudine
(055) 624-7651
53 Rue De landiras
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Gouineau Laurence
(055) 686-2452
78 Quai Chartrons
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Lloret Bertrand
(055) 696-7745
202 Rue Pessac
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Coulon-Faye Françoise
(055) 608-7588
186 Rue Ecole Normale
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Rossé Elisabeth
(055) 652-5635
4 Rue Lyon
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Commes Pascale
(055) 647-4566
2 Rue Alfred Grimal
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

CHRONIQUE : La mode du réel

Contenu fourni par:


Chaque fois que l’on s’écarte du réel, déceptions et souffrances sont à la clé.
Pourtant, le réel n’a pas toujours bonne presse. Il est perçu comme triste, contraignant, voire cruel. Et cruauté ultime, note le philosophe Clément Rosset, « la réalité est bel et bien réelle ». D’où l’envie, compréhensible, de ne pas trop nous souvenir que la vie est difficile, que nos amours sont fragiles ou décevantes, que nous ne sommes ni des génies ni des beautés, que nous vieillissons un peu chaque jour et que nous sommes condamnés à mort.

Pour échapper à la dureté du réel, nous ne disposons que de deux stratégies : l’oublier ou le transformer. Au service de la première, les moyens ne manquent pas : les plus anodins, la lecture d’un bon roman, ou les plus toxiques, l’alcool ou la drogue. Ça ne change pas le réel, mais seulement, et très provisoirement, la conscience que l’on en a.
Le transformer est une démarche plus gratifiante, elle-même à la base de tous les progrès de l’humanité, depuis l’invention de l’eau chaude et de la démocratie, jusqu’à celles des greffes du cœur et des fours autonettoyants. Mais, au mieux, on n’améliore qu’une infime partie de l’implacable réalité à laquelle nous sommes confrontés.
Or voici le réel en passe de devenir un produit à la mode. Partout sur la planète, les chaînes de télévision notent qu’aux fictions, qui font rêver, leurs spectateurs préfèrent des émissions où de « vrais gens », auxquels on peut s’identifier, sont dans des situations « réelles ». Même si ce réel doit être reconstitué de toutes pièces. Ainsi ces programmes où l’on voit des anonymes vivre « pour de vrai » dans des maisons truffées de caméras ; d’autres où des volontaires affrontent des épreuves complexes, voire brutales, dont ils doivent se dépatouiller, bien ou mal, sous nos yeux.
La publicité y vient à son tour, mettant en scène des « real people », comme vous et moi, dans des situations « artificiellement réelles ».

Beaucoup de ces émissions recherchent une dramatisation fabriquée, à la limite du douteux. Quant à ces publicités, elles nous présentent, au mieux, un trompe-l’œil pour faire vrai. Mais si les industriels de l’illusion rendent hommage au réel, c’est qu’ils sentent que le public en reconnaît la primauté. Comme l’acceptation de la réalité est, pour nous, à “Psychologies magazine”, à la base de chaque vie réussie, nous ne pouvons que nous en réjouir.
Jean-Louis Servan-Schreiber
Journaliste et patron de presse, Jean-Louis Servan-Schreiber a toujours été attiré par la psychologie. Auteur de nombreux ouvrages, il a réussi à conjuguer ses deux passions à travers le magazine Psychologies.
Lire une autre chronique de Jean-Louis Servan Schreiber

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies