CHRONIQUE : La tentation de la paresse Bordeaux Gironde

Le phénomène mérite d’autant plus attention que ce pamphlet enchaîne les affirmations sans souci de les documenter par la moindre enquête. « La France est un pays où l’on ne fiche rien » ou bien encore « Le management moderne est le mariage du crétinisme et de l’hypocrisie ».

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Proman Sa
(055) 780-0184
343 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Littoral Intérim
(055) 759-2030
57 cours pasteur
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Aquitaine Intérim Insertion
(055) 679-0532
104 cours martinique
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Norton Travail Temporaire
(055) 714-0424
50 cours alsace Et Lorraine
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
In-Tra-Tt
(055) 600-8755
21 rue ausone
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pôle Emploi
(055) 754-0521
 quai deschamps
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Adecco
(055) 735-5949
 rue prof Georges Jeanneney
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Adia
(055) 648-4533
37 rue gén De Larminat
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Best Ile De France
(055) 648-5223
40 cours alsace Et Lorraine
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Kelly Services Intérim
(055) 600-7900
34 rue charles Nancel Pénard
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

CHRONIQUE : La tentation de la paresse

Contenu fourni par:


Corinne Maier, psychanalyste lacanienne et économiste chez EDF, ne s’embarrasse pas non plus de compassion pour ses contemporains. « Typologie de Maier : Il y a trois catégories de gens, les suiveurs, les nuisibles et les paresseux. »

Ce n’est pas la première fois qu’une critique aussi radicale qu’approximative de l’entreprise fait un tabac. De son “Horreur économique” (Fayard, 1996), il y a huit ans, Viviane Forrester avait déjà vendu plus de trois cent mille exemplaires. Ses acheteurs raffolaient de la dénonciation véhémente des conséquences humaines et sociales de l’économie contemporaine, même si la démonstration factuelle était souvent inepte. Il se confirme donc, à nouveau, que toute charge, même primaire, contre le monde du travail, contre le "système", rencontre une attente et dénote une frustration toujours prête à s’exprimer.
Deux explications : la montée du désir de bien-être personnel (y compris au travail) et l’obsession des chefs d’entreprise pour leur cours de Bourse. Un récent sondage réalisé pour Chronopost en confirmait beaucoup d’autres : sept personnes sondées sur dix reconnaissaient que « leur rapport au travail connaît une barrière : leur vie privée ». En même temps, le besoin d’afficher des résultats financiers toujours au top multiplie les plans sociaux. Les salariés en concluent que leur destin ne dépend guère de leurs efforts ni de leurs mérites.

La solution serait-elle dans la paresse et la grève du zèle ? Clairement non. A la différence de Corinne Maier, je crois fermement que la plupart d’entre nous préfèrent un travail épanouissant à une sinécure pépère. Mais la balle est dans le camp des directions d’entreprise, dont peu semblent avoir compris combien un salarié démotivé est funeste pour leur productivité.
S’ils ne s’en aperçoivent pas à temps, ils finiront bien par être rachetés par des Chinois.
Jean-Louis Servan-Schreiber
Journaliste et patron de presse, Jean-Louis Servan-Schreiber a toujours été attiré par la psychologie. Auteur de nombreux ouvrages, il a réussi à conjuguer ses deux passions à travers le magazine Psychologies.
Lire une autre chronique de Jean-Louis Servan Schreiber

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies