CHRONIQUE : La vie en mieux Bordeaux Gironde

la société dans laquelle nous vivons doit fonctionner le mieux possible. On va nous demander notre avis, sur comment y arriver profitons-en !

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
GRICA
(055) 644-5099
20 pl Pey Berland
Bordeaux, Gironde
 
Les petits frères des Pauvres (Association)
(055) 679-2905
5/7 rue Bouquière
Bordeaux, Gironde
 
Association SOS Amiante
(055) 642-1818
136 av Louis Barthou
Bordeaux, Gironde
 
Espoir 33
(055) 639-9450
Tour Mozart 2 rue Jean Artus
Bordeaux, Gironde
 
Association Adultes Jeunes Handicapés (APAJH)
(055) 601-4290
270 bd Prés Wilson
Bordeaux, Gironde
 
Famille Info 33
(055) 698-4073
145 rue St Genès
Bordeaux, Gironde
 
Espérance Et Accueil
(055) 680-3163
7 rue René Magne
Bordeaux, Gironde
 
Association Sociale Pour L'Emploi
(055) 633-0010
11 rue Causserouge
Bordeaux, Gironde
 
C.C.F.D- Terre solidaire
(055) 696-6983
145 rue St Genès
Bordeaux, Gironde
 
Emmaüs
(055) 795-9040
256 cours Somme
Bordeaux, Gironde
 

CHRONIQUE : La vie en mieux

Contenu fourni par:

Faut-il le déplorer ? Nous avons la campagne électorale que nous méritons. Il est de bon ton de critiquer, chez les candidats, leur peu d’envolées sur l’Europe, la solidarité planétaire et l’avenir de nos institutions.
Mais le but de ces derniers n’est pas de changer le monde, seulement d’être élus. Aussi lisent-ils le palmarès de nos préoccupations du moment, recensées par les instituts de sondage – insécurité, chômage, maintien des retraites, parité salariale femmes-hommes – et nous font-ils, sur ces thèmes, des promesses qui ne peuvent que se ressembler entre elles. Nous élirons celui dont nous estimerons, à tort ou à raison, qu’il les trahira le moins.

Dans une société prospère et pacifiée comme la nôtre, la politique n’est plus prioritaire que pour les politiciens. Les individus-consommateurs-citoyens que nous sommes considèrent l’Etat comme un fournisseur de produits de base : la liberté, la sécurité, la justice, la santé, et le moins de grèves des transports possibles. Cette campagne nous permet, par médias interposés, de comparer les devis et les factures des gestionnaires récents, avant de décider de les renouveler ou d’en changer pour cinq ans.
Ce n’est pas exaltant comme au moment des grands affrontements idéologiques ou quand De Gaulle se faisait élire sur le thème : « Moi ou le chaos ». Mais qui, aujourd’hui, oserait une pareille prophétie de tribune sans sombrer dans le ridicule ? Nous voulons vivre en paix et qu’on nous laisse décider de notre vie. Ce pourquoi il faut que la société dans laquelle nous vivons fonctionne le mieux possible. On va nous demander notre avis, profitons-en ! Quand l’on se dispense d’assister aux assemblées de copropriétaires, il ne faut pas ensuite venir se plaindre que les charges augmentent pour des travaux ou des services que l’on n’estime pas prioritaires.
J’ai constaté avec amusement que le slogan du Parti socialiste, « La vie en mieux », ressemblait comme un frère à celui de notre journal : « Mieux vivre sa vie ». Ce n’est évidemment pas qu’une coïncidence. Nous constatons, à notre échelle, la montée spectaculaire de cette aspiration. “Psychologies” vient, en effet, par un bond de 25 % en 2001, de passer, pour la première fois, le cap des 200 000 exemplaires vendus (225 000 pour être précis) alors que notre diffusion, il y a seulement quatre ans, était de 70 000.

Le fait qu’aucun autre titre de presse, en France, n’ait connu, sur la période 1997-2001, une croissance aussi forte (+ 176 %), illustre un phénomène que les politiques prendront de plus en plus en compte : l’aspiration profonde de chacun à s’épanouir et à rechercher le bien-être. Cette période électorale aura fait émerger la légitimité de ce nouveau droit fondamental.
Jean-Louis Servan-Schreiber
Journaliste et patron de presse, Jean-Louis Servan-Schreiber a toujours été attiré par la psychologie. Auteur de nombreux ouvrages, il a réussi à conjuguer ses deux passions à travers le magazine Psychologies.

Lire une autre chronique de Jean-Louis Servan Schreiber

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies