Carburant E10 : un nouveau bioéthanol Bordeaux Gironde

Comme nous vous l’avions déjà annoncé sur Autonews, c’est ce mercredi qu’un nouveau carburant fait son apparition dans les stations service de l’Hexagone.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Association Tchernoblaye
(066) 410-0333
5 place camille Jullian
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Société Forestière De La C D C
(055) 629-2209
1 place lainé
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Atelier B.K.M
(055) 624-2094
8 place amédée Larrieu
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Lattanzio Environ Architecture Urbanisme
(055) 692-6038
70 rue malbec
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Vignacq Christian
(055) 694-3326
74 rue furtado
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Dfci Aquitaine
(055) 785-4042
6 parvis chartrons
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Next Invest Sarl
(055) 652-2494
86 cours marc Nouaux
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Delanghe Damien
(097) 147-7673
124 rue tondu
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Federation Sepanso Sté Etude Protection Aménagement Nature Sud-Ouest
(096) 529-3716
1 rue tauzia
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Oberhausen Daniel
(055) 631-1065
26 rue st Jean
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

Carburant E10 : un nouveau bioéthanol

Contenu fourni par:

Comme nous vous l’avions déjà annoncé sur Autonews, c’est ce mercredi qu’un nouveau carburant fait son apparition dans les stations service de l’Hexagone. Pour les autres : méfiance !

Si l’E85 ne rencontre pas le succès espéré (la faute en partie au nombre de pompes disponibles, bien plus faible que prévu), l’Union française des industries pétrolières (Ufip) croit en son nouveau petit frère, l’E10. Selon l’organisation, il pourrait représenter 80 % des volumes d’essence dès cette année. Pour s’assurer du succès de ce nouvel agrocarburant, il sera très rapidement disponible dans la plupart des stations : 75 % devraient en disposer avant la fin de l’année, alors que chez Leclerc on assure déjà que 90 % des dépôts en seront équipés dès ce mois-ci, de même chez BP. Mais si les distributeurs se mobilisent aussi rapidement, ce n’est pas par pur souci écologique.

Un enjeu économique

Derrière cet engouement soudain pour un nouveau biocarburant se cachent les quotas de l’Union européenne. En effet d’ici 2020, la part des énergies renouvelables dans le transport devra atteindre 10 %. Et si actuellement les carburants comprennent 5,75 % de biocarburants en moyenne dans l’Hexagone, ils devront en contenir 7 % d’ici 2010 et 10 % d’ici 2015. La France a donc tout intérêt à favoriser l’installation de l’E10, qui lui permettrait qui plus est de doubler la proportion de biocarburant renouvelable dans l’essence, et du même coup de se rapprocher des futures mesures de Bruxelles.

Problème, si les émissions de CO2 des agrocarburants sont à 60 % inférieures à celles de l’essence (sur l'ensemble de la chaîne de production), leur coût de revient est plus élevé, surtout depuis que les cours du pétrole sont revenus à la normale. En conséquence, le gouvernement a fait un geste envers les distributeurs en leur concédant une exonération partielle de la taxe intérieure de consommation (anciennement Tipp), équivalente à 21 centimes par litre. Juste assez pour rendre le bioéthanol compétitif par rapport à l’essence… tant que le prix du baril de pétrole se maintient. Dommage, car à peine lancé ce carburant risque de devenir très rapidement plus cher que le SP95, le baril continuant de chuter et s’affichant aujourd’hui à 48 dollars (soit environ 36 euros !).

Moins cher, plus vert ?

Reste la question du prix affiché à la pompe. Dans l’intérêt de tous, le SP95-E10 doit être moins cher que l’essence pour intéresser les automobilistes et s’imposer sur le marché. Mais il ne doit être que « légèrement » en-dessous, pour préserver les marges des distributeurs. Comme l’a annoncé Thierry Forien, directeur adjoint de Siplec, une filiale du groupe Leclerc, la baisse de tarif sera « d'un à trois centimes par litre par rapport au SP95». Finalement l’E10 pourrait donc être vendu entre 1,13 et 1,15 euros/litre.

Ne vous ruez tout de même pas trop vite sur ce nouveau biocarburant, car il n’est pas conseillé pour tous les véhicules. Seules 60% des voitures essence pourront l’utiliser selon l’Ufip, en grande partie celles mises en circulation après 2000. Pour les autres, méfiance : on ignore pour le moment les effets qu’aurait l’E10 sur les moteurs de plus de 10 ans. L’Allemagne par exemple a préféré renoncer à ce carburant l’année dernière, lui reprochant à long terme son caractère corrosif et dangereux pour les moteurs anciens. En France, l’E10 pourrait permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’un million de tonnes par an dès l’année prochaine. Reste à savoir si ses qualités écologiques et son prix relativement raisonnable suffiront à convaincre les automobilistes.

Author: Claudine Alves

Lire d'autres articles sur le site de Autonews