Chères voitures chinoises Bordeaux Gironde

Les automobiles chinoises.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Ford Automobiles Palau Concessionnaire
(055) 686-8686
161 avenue Thiers
Bordeaux, Gironde
Voir la fiche complète
Cliquez ici

Données fournies par:
Auto Pro 33
(066) 260-3449
37 rue ayres
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Societe Commerciale Automobile
(055) 780-3600
350 Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Societe Commerciale Automobile
(055) 780-3600
350 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Sarl Inter Vo France
(055) 719-8585
62 Rue Des Pins Francs
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Automobiles Palau
(055) 686-8686
161 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Cargroup
(096) 681-5266
162 quai brazza
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Automobiles Palau
(055) 632-5353
126 Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Cargroup
(055) 632-2400
162 Quai De Brazza
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Nguetsop Léonard
(055) 688-2317
52 cours yser
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

Chères voitures chinoises

Contenu fourni par:

Les automobiles chinoises sont surtout présentes par le biais de leurs importateurs, et reléguées dans les allées les moins fréquentées du salon allemand. C'est par exemple le cas des SUV CEO conçu par Shuanghuan et UFO produit par Zhejiang Jonway, tous deux importés en Allemagne par China-Automobile Deutschland - importation autorisée par Bruxelles ! Mais, c'est peu de dire que les véhicules de ces marques ne sont pas accueillis à bras ouverts en Allemagne où Shuanghuan est notamment accusé de plagiat par BMW - qui a intenté des démarches judiciaires contre son importateur il y a dix jours - et par Mercedes - pour le compte de Smart -, constructeurs qui ont évidemment pignon sur rue à Francfort ! TROUBLANTES RESSEMBLANCESLes visiteurs du Salon de Francfort ont pu, pour la première fois, admirer sur le stand de l'importateur China-Automobile Deutschland des véhicules venus de Chine. Certains ne purent, à leur vue, s'empêcher d'éprouver une désagréable sensation de déjà-vu tant quelques unes de ces voitures venues de l'Empire du Milieu ressemblaient à des modèles « phares » vendus depuis quelques années en Europe. L'étonnement se teintait donc d'un léger malaise...

Malaise que d'aucuns ressentaient particulièrement à la vue du CEO - ou SCEO -, un SUV à mettre au « crédit » du constructeur Shuanghuan Motors. Point n'était cependant besoin d'être très observateur pour retrouver dans la ligne de ce véhicule celle du BMW X5. Mais, si extérieurement le CEO affichait un look de BMW, l'intérieur de ce véhicule chinois n'avait rien à voir avec les habitacles soignés des véhicules bavarois. C'était même le jour et la nuit ! Matériaux bas de gamme, finitions à l'emporte-pièce, ajustements déplorables..., voici ce qu'offrait ce CEO ! Bref, quitte à crier à la copie, autant hurler qu'elle était ici très, très pâle ! BMW, qui n'avait pas du tout apprécié ce crime de lèse-majesté, avait bien tenté d'empêcher le CEO d'être présent au Salon de Francfort, mais ce fut sans effet. La procédure légale intentée par la marque de Stuttgart pour plagiat suit cependant son cours, et ses développements promettent d'être passionnants...TYPHON SUR LES CONSTRUCTEURS CHINOISShuanghuan Motors est d'autant plus dans la tourmente que Mercedes - s'élevant en défenseur de Smart - lui a intimé l'ordre de ne pas présenter à Francfort sa Noble qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la petite citadine du constructeur à l'Etoile. Shuanghuan a argué, pour sa défense, du fait que ses voitures sont homologuées en Chine. Son importateur en Allemagne, China-Automobile Deutschland, se retranche derrière l'autorisation qu'il a reçue de Bruxelles de vendre ces automobiles chinoises en Europe.

Un autre constructeur chinois pourrait bientôt se retrouver dans l'œil du cyclone. Il s'agit de Zhejiang Jonway qui a présenté à Francfort son UFO, qui n'est pas une soucoupe volante comme son nom pourrait le faire croire, mais un véhicule qui n'est pas sans rappeler le Toyota RAV4. Reste à savoir si le premier constructeur mondial est prêt à se laisser copier impunément ?Certes, ces véhicules sont proposés à des prix qui sont bien moindres que ceux des véhicules dont ils s'inspirent - le X5 démarre à 52 850 euros quand le CEO se négocie un peu au-dessus de 28 000 euros -, et c'est leur principal attrait. Mais, leur niveau de finition laisse si souvent à désirer que ce prix, à l'origine « d'appel », devient exorbitant, voire quasiment abusif. Le rapport qualité-prix de ces voitures chinoises s'en trouve considérablement réduit. Les véhicules européens qu'ils singent ont un prix parfois élevé, mais c'est celui de la qualité et de la sécurité. Ce qui n'empêche pas certaines marques chinoises de développer de vrais modèles originaux. C'est le cas de Brilliance qui a notamment confié le design de sa BS6 - qui eut quelques déboires à son premier crash-test, mais a ensuite fait ses preuves - à Giorgetto Giugiaro. La BS2, compacte que Brilliance présente à Francfort, est, elle, redevable au talent des designers italiens d'Idea. Mais, la clientèle européenne sait pertinemment séparer le bon grain de l'ivraie...

Author: Jean-Marie SARDA

Lire d'autres articles sur le site de Autonews