Chronique : Mieux vaut courir Bordeaux Gironde

le traitement de la dépression par le jogging .

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Vischi Arnaud
(055) 781-7311
13 Rue Maucoudinat
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Panetta Ghislaine
(055) 651-2455
67 Rue Rousselle
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Bernard Anne
(055) 644-6562
56 Rue Fondaudège
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
MENE LAURE
(055) 631-4918
10 Rue Galard
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Baggio Dessislava
(055) 602-2682
35 Rue Capeyron Caudéran
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Solas-Biau Ghislaine
(055) 651-5215
25 Rue Bernard Adour
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Van den Bulke Donatienne
(055) 679-0763
27 Rue Petit Goave
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Le Bars Jean-Philippe
(055) 658-0073
35 Rue Capeyron Caudéran
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Slomska Schmitt Marzenka
(055) 696-0052
64 Boulevard Prés Wilson
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
VAQUERO MACAUD CHRISTINE JEANNE
(068) 454-3648
22 Rue Gouais Lanos
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

Chronique : Mieux vaut courir

Contenu fourni par:

Xaviéra, étudiante de 28 ans, préparait sa deuxième maîtrise. Elle vivait seule, sortait rarement, se plaignait de ne pas trouver un homme qui lui convienne. Son existence lui paraissait vide, elle avait perdu l’espoir que cela change. Son seul plaisir : trois paquets de cigarettes par jour… Déprimée depuis deux ans, aucun traitement ne lui semblait acceptable, ni psy ni médicaments. Par défi, elle accepta pourtant de participer à une étude sur le jogging proposée par son médecin : elle devrait courir vingt à trente minutes, seule ou en groupe, trois fois par semaine.
Lors de sa première rencontre avec l’instructeur de jogging, Xaviéra s’interrogea : comment pouvait-il raisonnablement penser que, elle, qui fumait trois paquets par jour, n’avait pratiqué aucun sport depuis l’âge de 14 ans et avait dix bons kilos de trop, puisse être un bon sujet d’étude ?! Elle écouta tout de même ses conseils : d’abord faire de tout petits pas – trottiner plus que courir – en se penchant à peine en avant et sans trop lever les genoux. Surtout ne pas pousser l’allure : « Il faut pouvoir parler ou chanter, mais pas siffler », précisa l’instructeur. Au moindre essoufflement, ralentir, quitte à reprendre la marche, mais un peu plus vite que d’ordinaire. Ne jamais éprouver ni douleur ni fatigue.
Le but, pour ces premières séances : parcourir un kilomètre et demi, sans temps imposé, en trottinant le plus possible. Réussir à remplir cet objectif dès le premier jour apporta à Xaviéra un peu de satisfaction. En vingt et un jours, à raison de trois séances de jogging par semaine, elle parvint à garder son rythme de trot sur deux kilomètres, puis trois, sans difficulté. Au bout de six semaines, elle fut forcée de constater qu’elle se sentait nettement mieux. Elle dormait bien, avait plus d’énergie et passait moins de temps à s’apitoyer sur son sort. Evidemment, elle fumait moins.
Des chercheurs de l’université de Duke(1), aux Etats-Unis, ont récemment comparé le traitement de la dépression par le jogging à l’effet obtenu par le Zoloft, un antidépresseur. Après quatre mois de traitement, les patients soignés par l’une et l’autre méthode se portaient exactement aussi bien. Le médicament n’offrait aucun avantage par rapport au jogging. Au bout d’un an, en revanche, on notait une différence importante : plus d’un tiers des patients sous Zoloft étaient retombés en dépression, tandis que 92 % des joggeurs se sentaient parfaitement bien !
Une autre étude(2) a montré qu’il n’était pas nécessaire d’être jeune et en bonne santé pour profiter de l’exercice physique. Pour des patients déprimés, âgés de
50 à 80 ans, faire simplement trente minutes de "marche rapide", sans courir donc, et ce trois fois par semaine, a, au bout de quatre mois, un effet exactement identique à celui d’un antidépresseur…

  1. M. Babyak, J. Blumenthal et al. in “Psychosomatic Medicine” 62(5): 633-638 (2000).
  2. J. Blumenthal, M. Babyak et al. in “Archives of Internal Medicine” 159: 2349-2356 (1999).

Professeur de psychiatrie, David Servan-Schreiber a fondé et dirigé un centre de médecine complémentaire à l’université de Pittsburgh, aux Etats-Unis.
Lire une autre chronique
David Servan-Schreiber
Professeur de psychiatrie clinique, David Servan-Schreiber a fondé et dirigé un centre de médecine complémentaire à l’université de Pittsburgh, aux Etats-Unis. Il est l’auteur de Guérir (Pocket 2005) et Anticancer (Robert Laffont (2007)

Octobre 2002

Lire d'autres articles sur le site de Psychologies