Communications V2V et V2I Bordeaux Gironde

Autrefois, nos voitures roulaient.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Automobiles Palau
(055) 632-5353
126 Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Auto Pro 33
(066) 260-3449
37 rue ayres
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Nguetsop Léonard
(055) 688-2317
52 cours yser
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Societe Commerciale Automobile
(055) 780-3600
350 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Automobiles Palau
(055) 686-8686
161 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Sarl Inter Vo France
(055) 719-8585
62 Rue Des Pins Francs
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Cargroup
(096) 681-5266
162 quai brazza
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Cargroup
(055) 632-2400
162 Quai De Brazza
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Societe Commerciale Automobile
(055) 780-3600
350 Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Ford Automobiles Palau Concessionnaire
(055) 686-8686
161 avenue Thiers
Bordeaux, Gironde
Voir la fiche complète
Cliquez ici

Données fournies par:
Données fournies par:

Communications V2V et V2I

Contenu fourni par:

Autrefois, nos voitures roulaient. Dans l'avenir, elles vont en plus dialoguer entre elles, ceci dans le but fort louable d'éviter les accidents en prévenant leurs conducteurs de dangers potentiels présentés par d'autres automobilistes. Tel est en tout cas l'ambition de la technologie V2V - pour véhicle to vehicle, autrement dit de véhicule à véhicule - que les chercheurs américains, nippons et européens ont mise en place. En échangeant des données sur leur position, leur vitesse et leur direction respectives, les voitures développent une sorte de « sixième sens » qui leur permet de s'éviter et donc, à terme, de rendre la circulation beaucoup plus fluide. Non, vous ne rêvez pas !QUAND LE PROGRES NAIT DE LA SIMPLICITE

Le système de communication V2V - ou de véhicule à véhicule - est actuellement au centre des études de nombreux chercheurs tout autour du globe. Si les projets de développement de cette technologie prennent le nom de VSC aux Etats-Unis et d'ITS au Japon, ils s'appellent WillWarn, Car2Car, NOW - pour Networks On Wheels ou Réseaux sur roues - et Intersafe en Europe. Constructeurs et laboratoires de recherche mettent les bouchées doubles pour commercialiser le V2V à grande échelle et ainsi créer un large réseau participatif d'information routière.

L'atout majeur de la communication inter-véhicules est qu'elle repose sur les composants courants que sont un microprocesseur, des récepteurs GPS et des modules Wifi. Le fonctionnement du V2V est donc simple. Microprocesseur et GPS permettent de connaître la position, la vitesse et la direction du véhicule qui les accueille, informations que le module Wifi transmet à d'autres véhicules. Les voitures qui embarquent cette technologie peuvent donc réagir d'elles-mêmes pour éviter les accidents en se prévenant l'une l'autre avant que le danger ne soit visible et sans que le conducteur n'ait à intervenir. LE V2V VU PAR GM

Les situations routières occasionnant le plus de morts sont la circulation sur le mauvais côté de la chaussée, la méconnaissance du code de la route et la vitesse inadaptée. La technologie V2V mise en place par GM, par exemple, dans le cadre du projet américain VSC vise à permettre aux véhicules qui en sont pourvus d'éviter les accidents nés de ces situations.Le V2V que GM expérimente sur ses marques - Cadillac, Chevrolet, Opel et Saab - apporte une réponse graduée aux dangers. Pour prévenir le conducteur qu'un véhicule est arrêté sur le bas-côté, ou qu'une voiture située devant lui mais hors de son champ de vision - après un virage, derrière un camion... - a effectué un freinage d'urgence, le système V2V embarqué fait apparaître un pictogramme adapté à la situation sur un écran du tableau de bord. Le conducteur peut donc anticiper son freinage.

Dans le cas d'une possible collision avant avec un véhicule arrêté cette fois sur la chaussée ou s'y traînant à petite vitesse, le V2V émet un signal sonore dans l'habitacle puis des vibrations dans le siège de son conducteur. Si ce dernier continue à approcher du véhicule-escargot, les feux arrière de ce dernier se mettent à clignoter avec une fréquence accrue pour le pousser à l'évitement. De même, un signal lumineux alerte un conducteur lorsqu'un véhicule approche dans son angle mort. L'intensité de ce signal augmente lorsque le conducteur met son clignotant pour doubler, semblant ignorer ce risque potentiel, et son siège se met à vibrer du côté de ce danger. Signal et vibration se produisent d'autant plus tôt que la manœuvre est tentée à grande vitesse. La communication V2V vise également à mettre en échec les collisions aux carrefours. Quand deux véhicules vont se rencontrer à une intersection - et que peut-être l'un d'eux grillera un feu ou un stop - les V2V alertent les conducteurs grâce à un pictogramme, une vibration et peuvent freiner l'une des deux voitures - voire les deux. Le V2V est finalement en mesure de prévenir de l'imminence de travaux de voirie - et des vitesses à respecter pour la sécurité des ouvriers -, ainsi que de celle de véhicules prioritaires comme les ambulances, les pompiers, en précisant d'où ils arrivent, ce qui évitera des angoisses à bien des conducteurs. DU V2V AU V2I

Le microprocesseur de chaque V2V peut aussi enregistrer de multiples renseignements provenant des organes de la voiture - capteurs de pluie, de luminosité, d'état du revêtement, mais aussi ESP, ABS, ASR -, et donner naissance à un réseau très pointu et vaste d'informations qui sont recueillies par une infrastructure capable de les analyser. C'est la communication V2I - ou de véhicule à infrastructure. Ainsi, plus les microprocesseurs sont nombreux à détecter une information - comme la présence de brouillard par exemple -, plus la probabilité que ce brouillard existe est forte, et plus l'infrastructure peut intervenir rapidement pour prévenir de ce danger les conducteurs approchant de la zone où le brouillard a été repéré par les premiers véhicules. En fédérant leurs informations, la communication V2I agît à une échelle beaucoup plus grande que celle des V2V.Comme la communication V2V repose sur une technologie abordable, les constructeurs peuvent envisager à terme leur démocratisation en les intégrant à des véhicules de série. Ce qui est heureux car ce type de réseau ne fonctionne au mieux que si toutes les voitures qui se croisent en sont équipées ! Ces système V2V viendraient sécuriser les voitures dès l'entrée de gamme et compléter les équipements de sécurité préventive dont sont pourvues les voitures haut-de-gamme - comme les radars de pré-collision de Mercedes ou les caméras infra rouge de BMW. Nul doute que l'émulation nous offrira des V2V et des V2I riches d'autres fonctionnalités qui nous deviendront indispensables.

Author: Jean-Marie SARDA

Lire d'autres articles sur le site de Autonews