Comparatif voitures allégées Bordeaux Gironde

Il existe deux manières distinctes d’optimiser les performances et le caractère d’une automobile sportive. La première consiste à lui faire avaler des chevaux par centaines, la seconde revient à traquer le moindre kilo superflu. Et, en la matière, la crème de la formule allégée symbolisée par la Caterham SVR 200, la KTM X-Bow et la Lotus 2-Eleven, distille des saveurs autrement plus épicées que que celles d’un menu aminicissant.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Speedy
(055) 649-6413
28 rte Toulouse
Bordeaux, Gironde
 
Renault Garage Wilson Agent
(055) 608-7050
273 bd Prés Wilson
Bordeaux, Gironde
 
ARVAL
(055) 785-3500
Imm Turquoise 56 rue Tivoli
Bordeaux, Gironde
 
Carrosserie Automobile Coopérative
(055) 696-3010
53 rue Guillaume Leblanc
Bordeaux, Gironde
 
Carrière Jean-Philippe
(055) 692-5605
37 rue Charles Domercq
Bordeaux, Gironde
 
Super Freins
(055) 696-2060
102 rue Liberté
Bordeaux, Gironde
 
Autocool
(055) 631-1066
16 rue Ausone
Bordeaux, Gironde
 
Stano Campos
(055) 681-7361
6 rue Labottière
Bordeaux, Gironde
 
Avis
(082) 005-0505
gare SNCF
Bordeaux, Gironde
 
Rent A Car Alaua Franchisé indépendant
(055) 633-6075
204 cours Marne
Bordeaux, Gironde
 

Comparatif voitures allégées

Contenu fourni par:

Pour le fondateur de Lotus, Colin Chapman, la légèreté est l’essence même de la sportivité. Et s’il ne devait en rester qu’une, ce serait bien entendu la Lotus Seven. Malgré ses plus de 50 ans au compteur, celle qui est devenue Caterham depuis 1973 n’a pas beaucoup changé. Le temps s’est arrêté sur ce véritable cigare à roulettes apparentes, doté d’un échappement latéral et de deux phares ronds qui lui offrent un air de grenouille. Et sous la simple feuille d’aluminium qui fait office de capot, le quatre cylindres 2.3 Cosworth de 200 ch de cette version SVR 200, n’a que 620 kg à emporter.

Entre-temps, les Lotus ont bien évidemment évolué et les descendantes de la Seven disposent d’un moteur central et d’un châssis en aluminium. Après les roadster Elise et coupé Exige, Le constructeur décline une définition plus radicale : une véritable barquette de course homologuée pour la route la 2-Eleven. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, le bloc 1.8 Toyota à compresseur en totalise désormais 255 ch pour 745 kg à la pesée.

Extra-terrestres

Quand un constructeur de moto comme KTM passe aux quatre roues, cela donne une allégée radicale baptisée X-Bow. Pour faire les choses bien la firme autrichienne en confie sa réalisation au fabricant de châssis de compétition Dallara qui réalise ici son interprétation moderne de la Carterham : monocoque carbone, suspensions in board tout droit échappées du monde de la course, roues apparentes et allure arachnide en provenance directe d’un film de science-fiction. Magnifique! Pour jouer les martiens, décoller les rétines et faire tourner les têtes, c’est réussi! Derrière le pilote, nous retrouvons le 2.0 turbo de l’Audi S3 , dont la puissance passe de 265 à 240 ch. Il en reste bien assez, vu les 790 kg tout mouillés de la bête.

Juste le temps d’enfiler un casque, s’habiller chaudement et c’est parti pour quelques tours sur le circuit de Nogaro. Malgré son châssis plus large qu’à l’origine, la Caterham SVR impose de surveiller sa ligne pour s’installer à bord, tant elle reste étroite. Devant vous, le tableau de bord regroupe quelques compteurs et comodos simplistes, un petit volant, un mini pommeau de levier de vitesse aux débattements symboliques et peu de place pour les bras. Petite mais rebelle, la puce demande un peu d’accoutumance avec son embrayage peu progressif et son accélérateur on/off. Dénuée de toute assistance, elle donne l’impression de réapprendre à conduire : sa direction demande de gros bras, sa commande de boîte des gestes précis et son freinage un mollet de cycliste et un dosage approprié. Mais une fois apprivoisée, elle distille les sensations les plus pures. Sa mécanique, qui ne fait pas semblant de pousser, y participe activement avec sa sonorité de mécanique de course qui chante à plus de 7 000 tr/min. Cette grande dame ne se dompte pas facilement et implique de l’humilité.

S’installer à bord de la Lotus demande un peu de gymnastique : enjamber le ponton, glisser le bassin dans le baquet et ramener la seconde jambe avant de s’harnacher. Dans cette véritable baignoire d’aluminium au dépouillement monacal, l’ambiance course prédomine avec une position de conduite parfaite et un tableau de bord réduit à un simple combiné d’instrumentation. Alors oubliez climatisation auto radio et autres gadgets avant de tourner la clé de contact et de presser le bouton rouge situé à votre gauche. Discrète au ralenti, la mécanique chante ensuite vaillamment en ajoutant le chuintement caractéristique d’une mécanique à compresseur. Quelle sirène! Souple et vigoureux jusqu’à 6 000 tr/min, elle s’offre ensuite un second souffle plus violent encore, jusqu’à 8 500 tr/min. Avec son châssis affuté comme une lame de rasoir, la 2-Eleven est l’arme idéale pour claquer un chrono avec son efficacité bluffante qui vous fait ressentir la force centrifuge à chaque courbe et le grip de ses pneumatiques. Ultra violentes et indestructibles, les décélérations vous donnent constamment l’impression d’avoir freiné trop tôt. Et en plus c’est facile avec une assistance de freinage, un ABS et une direction assistée, hélas pas assez directe et floue au point milieu… Mais quel engin !

A vos casques, prêts, partez !

Il faut également enjamber les pontons de la X-Bow pour prendre place à bord de son habitacle de type prototype de circuit. Les sièges sont directement intégrés à la coque, le pédalier coulisse pour s’adapter à la morphologie de chacun et le volant extractible regroupe toutes les commandes. La position de conduite et l’ergonomie frisent la perfection dans une ambiance full carbone, superbe. Au dessus du petit levier de vitesses suspendu, l’affichage digital d’instrumentation vous indique le message « prêt à courir ? ». Le premier coup de démarreur donne l’impression d’avoir calé tant le moteur est discret. Et à l’usage, sa sonorité est constamment recouverte par les remous d’air. Il faut donc vous fier au compte-tours qui rougit de bonheur à l’approche de la coupure d’injection pour passer au rapport supérieur… Pourtant, ce bloc est bel et bien présent! Il compense ses montées en régimes moins rageuses par un couple de tracteur, disponible dès le régime de ralenti qui vous inflige une bonne bourrade dans le dos. Sans pour autant offrir l’efficacité de la Lotus avec ses pneus de série moins typés circuit, la KTM profite d’un excellent équilibre et se montre très joueuse en acceptant de glisser lors d’une inscription virile ou d’une accélération précoce en sortie de courbe. Et malgré un freinage qui demande un peu d’habitude pour éviter les plats et l’absence de toute assistance à la conduite, elle reste étonnamment facile avec sa direction précise, sa commande de boîte - presque trop douce - et ses suspensions tolérantes.

Capable de passer de 0 à 100 km/h en quatre petites secondes, ces trois formules allégées demandent quelques mises en garde sur la route : la Caterham recommande une grande prudence, la Lotus dispose d’un train avant plus léger que sur la piste et la KTM impose de sortir la petite laine. Mais les sensations offertes en retour imposent bien quelques sacrifices. Bien sûr, le choix sera d’abord affaire de coup de cœur. La Caterham a pour elle son charme inimitable et ses sensations XXL, la Lotus son efficacité irréelle sur circuit et sa facilité de conduite, la KTM sa polyvalence sur route, son style de martien à tomber. Plus difficiles à trouver qu’une Clio, elles demandent un peu de patience et un certain investissement : 54 400 € pour la première, environ 60 000 € pour la deuxième et à partir de 60 000 € hors option pour la dernière. Le prix du bonheur, non ?

Remerciements
Marcassus Sport
Merci à toute l’équipe de Marcassus Sport pour l’aimable prêt de ces trois autos. Cette première concession Lotus en Europe distribue également Caterham et KTM. Cette équipe de passionnés se charge d’homologuer la Lotus 2-Eleven en France à titre isolé. Marcassus Sport, 22, avenue Aristide Briand, 65 000 Tarbes. www.marcassus-lotus.com

Author: Jacques Warnery

Lire d'autres articles sur le site de Autonews