Contact : Mercedes S 400 L HYBRID Bordeaux Gironde

La Classe S domine outrageusement le marché des limousines. Pour conforter son hégémonie, l'über-Mercedes s'offre cette année un restylage et surtout une version hybride, dont nous avons pu prendre le volant pour quelques heures.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Nguetsop Léonard
(055) 688-2317
52 cours yser
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Automobiles Palau
(055) 686-8686
161 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Cargroup
(055) 632-2400
162 Quai De Brazza
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Auto Pro 33
(066) 260-3449
37 rue ayres
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Societe Commerciale Automobile
(055) 780-3600
350 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Automobiles Palau
(055) 632-5353
126 Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Ford Automobiles Palau Concessionnaire
(055) 686-8686
161 avenue Thiers
Bordeaux, Gironde
Voir la fiche complète
Cliquez ici

Données fournies par:
Cargroup
(096) 681-5266
162 quai brazza
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Sarl Inter Vo France
(055) 719-8585
62 Rue Des Pins Francs
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Societe Commerciale Automobile
(055) 780-3600
350 Avenue Thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

Contact : Mercedes S 400 L HYBRID

Contenu fourni par:

Dès lors qu'un trajet s'éternise, il y a peu d'autos dont l'on ressorte plus frais que l'on y était entré. La Classe S en fait partie. Avachi dans l'épais cuir des sièges arrière (chauffants et ventilés), les jambes étendues de tout leur long (en profitant des 13 cm d'empattement supplémentaires de cette version L), il faudra bien dix minutes pour explorer une infime partie des combinaisons de réglages possibles entre l'inclinaison, le gonflage des différents coussins et leur fonction massage. Sans même parler de l'opulence de la sellerie ou des talents de kiné de la grande Mercedes, le confort assuré par la suspension active est absolument souverain. Contrairement à ce qu'on pourrait croire vu de l'extérieur, la Classe S ne roule pas : elle plane à quelques centimètres au dessus de la route.

A mon tour de prendre les commandes de ce jet privé à quatre roues. Au ralenti, le V6 3.5 se révèle presque inaudible. Pour un peu, l'action du système Stop / Start (il est vrai impeccablement réactif) passerait inaperçue aux feux rouges. Allié à la douceur de la direction, le velouté du six-cylindres fait de la conduite de la S 400, une fois ses 2 tonnes et 5,23 m de long assimilés, une expérience tout aussi relaxante que le voyage à la place du maître. A vouloir ainsi tranquilliser son conducteur, la Classe S peut d'ailleurs en arriver à l'agacer par excès de zèle : le volant vibre à chaque fois que l'on flirte avec les pointillés sans mettre de clignotant (ce qui ne manque pas d'arriver lorsque la route se rétrécit, vu le calibre de la voiture), les capteurs disséminés sur les boucliers bipent dès qu'un scooter a l'audace de se rabattre trop près, de même que le détecteur d'angles morts à la vigilance implacable. L'éternel débat sur l'infaillibilité des automatismes et la déresponsabilisation du conducteur, relancé à chaque nouvelle génération de Classe S...

Gentiment brusquée, la S perd un peu de sa superbe. Le moelleux superlatif de l'amortissement se paie par exemple par quelques mouvements de caisse. La discrétion du moteur et le manque de réactivité de l'onctueuse boîte auto à sept rapports engendrent une légère sensation de mollesse, prolongée par une pédale de frein spongieuse. Mais le dynamisme n'est pas la vocation de la S 400 : le confort des passagers avant tout.

Ah, oui... Cette S 400 est une hybride, la première chez un constructeur européen (avant BMW... l'honneur est sauf). Contrairement à la Lexus LS, il s'agit d'une hybridation légère : le petit moteur électrique de 20 ch, logé dans le carter de boîte, est alimenté par une batterie lithium-ion de 27 kg (qui se recharge lors des freinages) logée dans le compartiment moteur et se contente de seconder le V6 de 279 ch lors des phases où il est fortement sollicité. Il faudrait avoir conduit une S 350 le même jour pour en jurer, mais le comportement de la voiture semble ne pâtir aucunement de cette transplantation électrique, difficilement perceptible (hormis peut-être au freinage). Idem du côté des performances, où le boost des 20 ch électriques vient compenser le surpoids d'une cinquantaine de kilos lié à l'hybridation.

Avec ses consommations inférieures d'un quart (8,0 l/100 km en cycle mixte contre 10,1) à celles de la S 350 pour un prix d'achat 2% supérieur (97 700 € en version L, contre 92 900 €), la Classe S hybride pose en revanche une équation financière intéressante, d'autant que sa dotation plus avantageuse et son malus divisé par deux (750 € pour 188 g de CO2, contre 1 600 € pour 242 g sur la S 350 L) ramènent la différence à l'achat à moins de 2 000 €. Si le nouvel étendard écologique de Mercedes réduira sans doute les ventes de S 350 à la portion congrue, elle pourrait aussi ramener les adeptes de la 350 CDI vers le sans-plomb, à commencer par les entreprises en quête d'éco-respectabilité.

Author: Niels de Geyer d'Orth

Lire d'autres articles sur le site de Autonews