Dossier : Le secteur du paramédical Bordeaux Gironde

Le secteur du paramédical est un secteur d'activité qui ne connait pas le chômage. Voici des informations sur les différents métiers du paramédical.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Garnaud Alexandre
(097) 951-7543
168 rue pessac
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pharmacie D'Arès
(055) 624-2851
36 avenue arès
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pharmacie Dumacq
(055) 696-4610
138 boulevard george V
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pharmacie Frayssinet Rigoux
(055) 608-2821
151 avenue louis Barthou
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Fonteneau Chantal
(096) 402-4301
40 allées tourny
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pharmacie Dudon
(055) 652-7482
134 cours verdun
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Ma Pharmacie Bergonie
(055) 633-3434
174 cours argonne
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pharmacie Boisson
(055) 698-2812
22 rue flornoy
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pineau
(097) 919-7030
369 avenue thiers
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Pharmacie De Monséjour
(055) 647-0621
93 rue stéhélin
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

Dossier : Le secteur du paramédical

Le secteur du paramédical est un secteur qui en parallèle avec le milieu médical dans son sens strict englobe un nombre important de métiers liés au bon fonctionnement du corps médical et au suivi des patients. La France à l’heure actuelle emploie environ 800 000 de ces professionnels de santé mais semble connaître une pénurie de plus en plus grande de ces métiers qui recensent environ 20 formations différentes.

Une pénurie qui laisse de la place

Alors que le vieillissement de la population accroît les besoins, les quotas à l’entrée des écoles paramédicales limitent le nombre de personnes formées ce qui donne lieu à une pénurie de ces professionnels. Dans certaines filières ce sont même les candidats à l’entrée qui manquent. Ainsi, chaque année, quelques IFSI (Instituts de formation en soins infirmiers) ne sont pas remplis. Ce déficit de personnel touche en premier lieu l’hôpital où, selon le ministère de la Santé, environ 10 000 postes d’infirmiers seraient vacants. Si les infirmiers sont les plus représentatifs du paramédical, les maisons de retraite, les crèches ou les instituts médico-éducatifs ne sont pas épargnés, mais avec des disparités selon les départements importantes. Les conditions de travail semblent être la première cause de ce désintérêt pour les métiers car les paramédicaux ont des horaires de plus en plus contraignants et des salaires qui ne sont pas toujours avantageux lorsqu’ils travaillent au sein de structures médicales. De ce fait le gourvernement revoit à la hausse chaque année ses quotas en matière de sélection à l’entrée des diverses formations publics et privées. S’il s’agit d’un secteur qui ne connaît pas le chômage, les études qui alternent mises en pratique et cours théoriques sont très rigoureuses et nécessitent un investissement personnel important.

Les diplômes et l’accès aux professions

Les formations sont accessibles aux titulaires du Bac. Si la majorité d’entre elles privilégient un BAC S, la plupart d’entre elles sont accessibles aux littéraires, notamment les formations d’infirmier, de psychomotricien, d’orthophoniste, mais la compétition à l’entrée reste rude. En effet les formations paramédicales plus que tout autre ouvrent leurs portes sur dossier ou à la condition de réussir le concours d’entrée qui parfois nécessite une année de préparation ou de remise à niveau et même parfois l’obtention d’une première année en faculté de médecine, c’est le cas notamment du concours de kinésithérapeute. Les formations paramédicales ont la particularité d’être des formations très pratiques avec une partie dédiée au stage et à l’alternance très forte. Les formations qui durent de un an (aide-soignant, ambulancier, auxiliaire de puériculture) à quatre ans dans certains cas (orthophonie, puériculture) durent pour la majorité d’entre elles deux ou trois ans, c’est le cas dans les domaines de la diététique, de l’optique, de l’audition, de la kinésithérapie, podologie, psychomotricité… Pour retrouver la listes des centres spécialisés et des écoles privées qui forment aux métiers paramédicaux, rendrez vous sur le site : idecontact

Lire d'autres articles sur le site de L4M