Du yaourt à toutes les sauces Bordeaux Gironde

En France, le yaourt est souvent mangé comme dessert, mais saviez-vouis que dans d'autres cultures ils peuvent être consommés comme boissons, condiments, salades, sauces, marinades, entremets ou encore gâteaux ?

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Darricau
(055) 644-2149
7 place Gambetta
Bordeaux, Gironde
 
Ben Mhenni Maher
(055) 722-9419
54 rue Devise
Bordeaux, Gironde
 
Comtesse du Barry
(055) 630-4758
33 cours Intendance
Bordeaux, Gironde
 
Eurasie
(055) 650-8675
10 avenue de Tourville angle du docteurue Jean Vincent
Bordeaux, Gironde
 
Ben Mhenni Sondès
(055) 648-5923
200 rue Fondaudège
Bordeaux, Gironde
 
NOIROT Francine
(055) 602-2974
7 rue virginia
BORDEAUX, Gironde
 
Bon Store
(055) 647-1724
30 rue Prof Georges Jeanneney
Bordeaux, Gironde
 
Ben Takhiat Adennaceur
(055) 668-6955
200 Bis rue Malbec
Bordeaux, Gironde
 
Dietisport
(055) 679-2008
38 rue Marue Joffre
Bordeaux, Gironde
 
La Maison du Traiteur
(055) 692-9229
17 rue Douves
Bordeaux, Gironde
 

Du yaourt à toutes les sauces

Contenu fourni par:

Aliment de santé avant tout, modeste et familier, le yaourt nature présente un intérêt gustatif limité, mais prend une dimension gastronomique incontestable lorsqu’il entre dans la préparation de recettes cuisinées. L’exemple nous vient de Grèce, de Turquie, d’Inde ou de Bulgarie, qui le transforment en boissons, condiments, salades, sauces, marinades, entremets et gâteaux.

Le « lassi » est cette boisson indienne légère et parfumée, composée de yaourt à peine salé, additionné d’eau de rose ou de jus de citron vert, longuement battu avec des graines de cumin grillées et pilées, et de la menthe ciselée. Elle accompagne les curries pour apaiser le feu des épices et aider à la digestion, comme la « raïta », où le yaourt vient enrober concombres, tomates, oignons frais et coriandre.

Le « tzatziki » grec, heureux mariage de concombre et d’aneth relevé d’une pointe d’ail, en est proche. On le sert avec des grillades ou en hors-d’œuvre, tartiné sur une pitta chaude, en compagnie d’une purée d’olive de Kalamata ou de poivrons rouges grillés, elle aussi mêlée de yaourt. Mais celui-ci est de brebis, réputé plus digeste que celui de vache, à la texture ferme et à la saveur champêtre, performant cru comme cuit. Car le yaourt supporte parfaitement la cuisson. Pour une onctueuse daube d’agneau, on laissera macérer la viande huit heures dans un mélange yaourt-jus de citron-épices et pointe d’ail, pour la faire cuire quatre à cinq heures à four doux, sans matière grasse.

Comme mouillement des curries et des sautés de viande, de volaille ou de poisson, le yaourt, qui attendrit les chairs et les enrobe d’un velouté idéal, doit être coupé d’un jus ou d’un coulis de tomate, de lait de coco, ou des deux. Citron vert et coriandre en fin de cuisson apportent un souffle de fraîcheur.

En dessert, on se délectera d’un sorbet au yaourt et au jus de citron, en compagnie de quelques fruits rouges. Et les biscuits, cakes, galettes, crêpes et petits pains rapides ? Les pétrir avec du yaourt et quelques gouttes d’huile rend la pâte souple, élastique, finement alvéolée, et les embaume d’un irrésistible parfum de gourmandise.

L’astuce de Marianne

Un liant onctueux et léger tel quel ou égoutté quelques heures dans un carré de gaze (40 x 40 cm, acheté en pharmacie) noué en balluchon ou tapissant une passoire, le yaourt est un créateur de sauces et de condiments fabuleusement légers, onctueux, parfumés. Rien n’interdit d’y ajouter un peu d’huile d’olive, de sésame, de noix ou de noisette, car ces irremplaçables supports d’arômes que sont les matières grasses renforceront leur saveur. Ne pas lésiner sur les herbes et les épices, ajouter une pointe d’ail, aciduler au citron jaune ou vert, et se souvenir que c’est très bon froid ou chaud.

Cliquez ici pour lire la suite de l'articles sur le site de Psychologies.com