Etat des lieux du super-bioéthanol E85 Bordeaux Gironde

Pendant un temps, le super-bioéthanol E85 était sur toutes les lèvres. Au point qu'une Charte pour son développement avait même été signée, le 13 novembre 2006, avec Alain Prost comme figure de proue.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Stano Campos
(055) 681-7361
6 rue Labottière
Bordeaux, Gironde
 
Autocool
(055) 631-1066
16 rue Ausone
Bordeaux, Gironde
 
Renault Garage Wilson Agent
(055) 608-7050
273 bd Prés Wilson
Bordeaux, Gironde
 
Super Freins
(055) 696-2060
102 rue Liberté
Bordeaux, Gironde
 
Rent A Car Alaua Franchisé indépendant
(055) 633-6075
204 cours Marne
Bordeaux, Gironde
 
ARVAL
(055) 785-3500
Imm Turquoise 56 rue Tivoli
Bordeaux, Gironde
 
Carrosserie Automobile Coopérative
(055) 696-3010
53 rue Guillaume Leblanc
Bordeaux, Gironde
 
Speedy
(055) 649-6413
28 rte Toulouse
Bordeaux, Gironde
 
Carrière Jean-Philippe
(055) 692-5605
37 rue Charles Domercq
Bordeaux, Gironde
 
Avis
(082) 005-0505
gare SNCF
Bordeaux, Gironde
 

Etat des lieux du super-bioéthanol E85

Contenu fourni par:

A l'approche de la fin de l'année - date à laquelle 500 pompes à E85 devaient être en service sur notre territoire - et alors que le « Grenelle de l'environnement » vient de fermer ses portes, un état des lieux de ce carburant propre qu'on annonçait comme une panacée s'avère nécessaire. Et si l'E85 était voué à disparaître ?

RETARDS A LA POMPE

Selon le site www.roulonspropre-roulonsnature.com, la France compterait actuellement 171 pompes servant effectivement du superéthanol - sur près de 13 500 stations services réparties sur le territoire - et l'ouverture d'une cinquantaine serait imminente. Certes, si ces chiffres sont plutôt encourageants pour l'E85, ils restent bien en retrait par rapport à celui des 500 pompes qui devaient ouvrir avant la fin de l'année 2007 selon les prévisions - optimistes ! - de la Charte de l'E85 signée le 13 novembre 2006. La question du nombre - et donc de la facilité d'approvisionnement pour les consommateurs - est cruciale en la matière puisque les véhicules roulant à l'E85 sont censés consommer de 20 à 30 % de plus que les véhicules classiques. Certes les grandes enseignes ont fait le pari de l'E85, mais les infrastructures tardent à se mettre en place. Leclerc vient d'ouvrir sa 39ème pompe distribuant du superéthanol dans sa station service de Tours Nord. Carrefour en est à sa 34 ème pompe à l'E85 et Intermarché et le système U en comptent chacun une douzaine. Le pétrolier Total s'était engagé, en novembre 2006, à déployer entre 200 et 275 points de vente d'E85. A peine 11 % cet objectif serait atteint, soit à peine plus de 30 pompes... Nous sommes loin derrière la Suède qui totalise environ 400 pompes à E85 pour 2 400 stations service.

LA DOUCHE FROIDE DE GRENELLE

Les mesures envisagées par les rapporteurs du Grenelle de l'environnement ont pu faire craindre que l'E85 ne soit tué dans l'œuf. En effet, si un bilan énergétique des agrocarburants de première génération a été confiée à l'ADEME, les efforts pour la recherche en matière de biocarburants de deuxième génération ont été vivement recommandés. Or, si l'E85 de première génération peine à s'imposer et pourrait donc être condamné à disparaître, il n'est pas exclu qu'une deuxième génération d'éthanol puisse voir le jour et être plus rentable.D'autant que, comme le précisait récemment Marianne Fischer Boel, Commissaire européenne chargée de l'Agriculture, en attendant que la rentabilité des biocarburants de deuxième génération soit prouvée, si nous voulons réduire de 20 % les émissions de CO2 d'ici à 2020, « les carburants de première génération continueront à jouer un rôle important ».

DES EFFORTS A FAIRE

Reste que des efforts doivent être faits si l'on veut redorer durablement le blason de l'E85. Les chercheurs et producteurs doivent ainsi réussir à prouver au grand public que la production d'E85 n'est pas si nocive qu'on le croit. A savoir qu'elle ne nécessite pas une quantité trop considérable de pesticides et d'engrais, et qu'elle n'est pas trop consommatrice en eau. Mais, c'est là une affaire de chercheurs puisque même des Prix Nobel ont des vues opposées sur la question !D'autre part, les grands pays producteurs d'E85 - Etats-Unis, France, Espagne, Pologne, Allemagne, et Suède - doivent prendre garde, en important des céréales en provenance de pays émergents, de ne pas déséquilibrer l'économie de ces derniers. Quand ce ne sont pas ces mêmes pays qui fragilisent leur propre machine économique en se consacrant uniquement à la production d'E85 - comme c'est le cas du Brésil, premier producteur mondial d'éthanol avec l'Amérique. L'accroissement de la demande européenne et américaine en matière de céréales a déjà fait considérablement croître leurs cours mondiaux. Le risque est que, dans les pays en développement, la culture des céréales destinées à produire de l'E85 ne prenne le pas sur celle des plantes nourricières. Finalement, si l'offre en matière de véhicules flex-fuel était plus conséquente en France - et notamment celle des constructeurs nationaux qui ne proposent jusqu'ici que trois véhicules pouvant rouler à l'E85, la 307 1.6 chez Peugeot, la C4 1.6i de Citroën et la Mégane1.6 16v de Renault, en attendant les 308 et la Kangoo flex-fuel -, les ventes pourraient croître et engendrer en conséquence la multiplication des pompes distribuant de l'E85. Mais nous n'en sommes pas encore là...

Author: Jean-Marc CODY

Lire d'autres articles sur le site de Autonews