J'ai testé la médecine prédictive Bordeaux Gironde

Avez vous déjà entendu parrler de la médecine prédictive ? Bientôt vous pourrez dire : "Je devrais bientôt avoir mal aux dents". Lisez notre article pour en savoir plus sur cette médecine de l'avenir.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
INSTITUT BERGONIE
(096) 216-2140
229 Cours Argonne
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
MGEN Mutuelle Générale de l'Education Nationale
(055) 633-3900
116 Rue Malbec
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
PRATICIENS HOSP C PERRENS FORMATION RE
(055) 696-8450
121 Rue Béchade
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
CENTRE MEDICO PSYCHO SOCIAL
(055) 617-1217
14 Rue Pasteur
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Ctre Hosp Spécialisé Charles Perrens
(055) 690-0839
121 Rue Béchade
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Société d'Hygiène Mentale d'Aquitaine
(055) 617-1217
14 Rue Pasteur
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
ASS SPORTIVE CTRE HOSP CHARLES PERREN
(055) 696-8450
121 Rue Béchade
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Société d'Hygiène Mentale d'Aquitaine
(055) 617-1212
175 Boulevard Prés Wilson
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Hôpital Charles Perrens
(055) 759-0290
11 Rue Dubourdieu
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Gcs Réseau Perinat Aquitaine
(055) 624-9943
Place Amélie Raba Léon
Bordeaux, Gironde

Données fournies par:
Données fournies par:

J'ai testé la médecine prédictive

Contenu fourni par:

«Venez visiter la clinique, vous pourrez essayer l’hydrothérapie du côlon. Vous verrez, c’est spectaculaire et les bénéfices sont indéniables. » L’attachée de presse insiste, mais je décline plusieurs fois l’invitation, arguant du fait que Psychologies est l’un des premiers magazines à avoir traité du sujet. L’idée de subir un lavement, appelons un chat un chat, ne me semble pas une priorité dans l’absolu. Léger silence à l’autre bout du fil. Puis : « Venez quand même, nous avons des outils de diagnostic formidables, et les médecins qui constituent le plateau technique sont exceptionnels. » Mon interlocutrice finit par me convaincre et je me retrouve à jeun, dès potron-minet, dans une clinique ( www.clinique-matignon.com/fr/checkup/ ) de l’avenue Georges-V, à Paris, dont la vocation de médecine esthétique me rappelle instantanément la série télévisée Nip/Tuck. Ici, tout est calme, luxe et volupté. Enfin, surtout luxe.

J’envisage de me sauver quand Maud, la directrice de la communication de la clinique, vient me chercher pour me proposer de but en blanc de faire un bilan de mon stress oxydatif, selon le protocole établi par le docteur Michel Brack, auteur de La révolution des antioxydants (Albin Michel 2006). Me voilà tout à coup rassurée : Michel Brack est un éminent spécialiste, ancien de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Je l’ai rencontré plusieurs fois à l’occasion de congrès scientifiques très sérieux. Rassérénée donc, et enthousiaste à l’idée de faire ce fameux bilan, qui me dira précisément si je manque de quelque chose, et surtout de quoi (vitamines, minéraux, acides gras, oméga-3…). L’examen consiste en une simple prise de sang et coûte deux cents euros. L’infirmière met les tubes à essai dans de la glace, le tout dans une boîte réfrigérée. Un coursier est prévenu : mon sang sera livré au CHU de Grenoble dans quelques heures – j’ai l’impression d’être dans la série 24 Heures chrono. Il me faudra cependant m’armer de patience, car les résultats ne seront connus que dans deux semaines.

Le scanner me découpe en tranches Vingt-quatre heures chrono

Un bracelet électronique, porté pendant vingt-quatre heures dans le cadre des examens, enregistre, grâce à des minicapteurs en contact avec ma peau, l’activité de mes rythmes biologiques. « Grâce à elle, nous pouvons voir les pics d’activités au repos et en mouvements », m’explique James Bendayan, ingénieur de génomique comportementale. Des variations importantes de rythmes donnent des indications sur le fonctionnement de la thyroïde, du coeur ou du système digestif. En regardant mon graphique, le docteur Bendayan sait que je suis en hyperactivité la journée, que mon sommeil est réparateur,
et ma thyroïde déréglée. Cette « montre » enregistre si l’on se lève plusieurs fois par nuit. Dans ce cas, pour un homme, il y a un soupçon de problème de prostate à venir. Pour une femme en postménopause, cela indique qu’il faut surveiller ses sphincters, ce qui permet d’anticiper les complications.

Je continue ma visite et fais la connaissance du docteur Didier Panizza, le spécialiste du poids auteur de Grossir, c'est surtout mal fonctionner (Res Medica, 2008). Il me parle de son approche du corps et me propose de passer un scanner. Je ne peux pas résister. L’examen dure sept minutes, et la machine me découpe virtuellement en tranches : je ferme les yeux et m’imagine en patiente du docteur House, mon médecin cathodique préféré. Le compte rendu du scanner ainsi que le graphisme de mon corps sortent de l’ordinateur vingt minutes plus tard.

L’idée est de rechercher les facteurs prédictifs qui peuvent avoir des conséquences sur ma santé cardio-vasculaire. Par exemple, le nombre de centimètres de graisse, sa localisation visible et surtout invisible à l’oeil nu. « J’ai reçu un patient qui avait fait un infarctus, me raconte-t-il. Un homme d’une cinquantaine d’années qui avait un peu de ventre, rien d’exceptionnel. Son taux de cholestérol était normal. En lui faisant passer un scanner en 3D, j’ai vu que sa graisse était profonde et que ses organes vitaux étaient comme noyés dans le gras. Son infarctus était prédictible et sans doute évitable. »

Maud m’annonce le prochain examen, le CRT 2000, mais juste avant, j’ai droit à un dosage salivaire (on me prélève un peu de salive, et puis c’est tout) plus précis qu’une prise de sang pour mesurer le taux de mes hormones – thyroïdiennes, oestrogènes, progestérone –, afin de détecter d’éventuelles anomalies de régulation.

Je devrais bientôt avoir mal aux dents

Retour au CRT . C’est simple, il n’existe que deux appareils de ce type en France. Le principe : lorsque l’organisme est attaqué, et avant que les symptômes se manifestent, chaque organe répond en adaptant sa température. Dans un premier temps, le médecin mesure à l’aide d’une sonde thermique cent dix-neuf points répartis sur l’ensemble de mon corps. Je suis ensuite priée de rester dévêtue pendant dix minutes, histoire que le froid stresse l’ensemble de mon métabolisme. Puis les cent dix-neuf points sont à nouveau mesurés pour une deuxième lecture. L’ordinateur édite mon profil thermographique, et les données sont instantanément transmises par Internet au centre de calcul de… Toronto, au Canada, qui les analyse en les confrontant à sa base de données riche de plusieurs milliers de profils. Cette machine anticipe la survenue de dérèglements et de maladies, et permet plus tard de suivre les améliorations dues au traitement.

À titre préventif, le CRT 2000 permet d’évaluer le niveau de santé général, de détecter une fatigue chronique ainsi qu’une sensibilité aux infections. Sur prescription médicale, il aide à la détection précoce d’anomalies du sein, de problèmes vasculaires périphériques, de problèmes musculo-squelettiques, vasculaires-cérébraux, de défenses immunitaires et d’état inflammatoires. En ce qui me concerne, la machine a révélé un problème de thyroïde, ce que je savais, mais je suis impressionnée que l’on puisse arriver à cette conclusion sans prise de sang ni examen clinique. Autre zone à surveiller : mes dents. Je suis en état inflammatoire latent. Traduction, je n’ai pas mal mais je devrais. Dans le doute, je prends rendez-vous chez le dentiste. Bien m’en prend, j’ai vraiment besoin de soins, et la douleur insupportable ne tardera pas à apparaître.

Cliquez ici pour lire la suite de l'articles sur le site de Psychologies.com