Le doctorat Bordeaux Gironde

Du système LMD, on oublie souvent le D. Autocensure, manque de débouchés, études longues, le doctorat reste largement méconnu et parfois ignoré. Même si tous les étudiants ne peuvent pas s’y frotter, ce diplôme mérite d’être considéré de plus près.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
IPC (Institut de Promotion Commerciale)
(055) 679-5080
rue René Cassin
Bordeaux, Gironde
 
ISEG Groupe (Institut Supérieur Européen de Gestion)
(055) 787-0028
51 rue Camille Godard
Bordeaux, Gironde
 
Institut de Maintenance Aéronautique
(055) 613-3158
rue Marcel Issartierue
Mérignac, Gironde
 
Altéa Formation
(055) 757-7171
19 all James Watt
Mérignac, Gironde
 
S.I.G.D.U (Service Interuniversitaire Gestion Domaine Universitaire)
(055) 637-3456
12 avenue Arts
Pessac, Gironde
 
Juris Formatio (SARL)
(055) 651-0167
11 rue Foy
Bordeaux, Gironde
 
LIMA (L'Institut des Métiers Artistiques)
(055) 690-0010
91 rue Judaique
Bordeaux, Gironde
 
Groupe Cesi
(055) 655-9916
Immeuble Gulliverue 11 avenue Neil Armstrong
Mérignac, Gironde
 
Institut Etudes Politiques (I.E.P)
(055) 684-4257
11 all Ausone
Pessac, Gironde
 
Restaurant Universitaire du BEC
(055) 637-2313
14 avenue Recteur Jean Babin
Pessac, Gironde
 

Le doctorat

Quoi de neuf, docteur ?

S’inscrire en doctorat, c’est s’engager dans une course de longue haleine. Après cinq ans d’études supérieures et le grade master en poche, vous vous lancez dans trois années de travail intense, durant lesquelles vous passerez du statut d’étudiant à celui de chercheur.

Pour être admis à s’inscrire en doctorat, il faut remplir deux conditions : décrocher son diplôme de Master avec une mention Bien ou Très Bien et faire valider votre projet de recherche par une école doctorale. Une fois ces deux étapes franchies, vous voilà parti pour un marathon qui ne prendra fin qu’à l’obtention du grade de Docteur. Les doctorants ont trois ans pour rédiger leur thèse – travail de recherche personnel, mais s’inscrivant dans l’axe d’étude d’un collège de chercheurs – tout en multipliant leurs interventions lors de colloques. Ils devront également participer à des séminaires et publier des articles, n’ayant parfois qu’un rapport annexe avec leur thèse.

Chacun cherche sa thèse

Certains étudiants obtiennent une allocation de recherche qui leur permet de financer leurs études et, ainsi, de pouvoir se consacrer pleinement à leurs travaux. Généralement, ceux qui obtiennent cette aide mènent des études pouvant se révéler nécessaires à l’avancée des techniques, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation ou des sciences exactes.
Parmi ces allocataires, quelques uns auront également l’opportunité de dispenser des cours en premier cycle universitaire. En effet, bien qu’encore étudiants, leur niveau de connaissance est suffisamment élevé pour qu’ils soient capables d’initier les novices aux joies de l’université. Cette expérience est particulièrement formatrice pour ceux d’entre eux qui souhaitent s’orienter vers une carrière d’enseignant chercheur.

Il faut bien préciser que même si, dans le langage courant, « docteur » rime avec « médecine », toutes les disciplines sont concernées par les études doctorales. De plus, même en Lettres et Sciences humaines, la démarche adoptée est toujours scientifique. Cela ne veut pas dire que l’on sort alambics et tubes à essais, mais que les travaux sont menés avec rigueur et objectivité afin de faire avancer les connaissances empiriques. On parlera donc de « sciences historiques », de « sciences du langage » ou de « sciences de l’éducation »… et docteurs et doctorants se réunissent dans des « laboratoires de recherches ».

Un bac +8, et après ?

L’ambition principale des doctorant reste bien évidemment la recherche. Affiliés à des laboratoires privés ou publics, ils deviennent des chercheurs à part entière, de ceux qui travaillent sur le génome et le traitement automatique des langues. Cependant, il faut bien avouer que ce statut reste précaire. Ils doivent en effet jongler avec les contrats de courte durée. Après huit années de sacrifices pour atteindre leur objectif, vient le temps de la désillusion pour bon nombre d’entre eux. Mais c’est souvent le prix pour vivre sa passion.

D’autres, sans abandonner leurs travaux de recherche, optent pour l’enseignement avec la double casquette d’enseignant chercheur. Là encore, les places sont chères. Il faut parfois attendre des années pour qu’une place se libère et qu’une université lance une campagne de recrutement. Au gré de l’ancienneté et des concours, ils passeront du statut de Maître de conférence à celui de Professeur des universités. S’ils obtiennent une HDR, Habilitation à diriger des recherches, ils pourront à leur tour encadrer les thèses de leurs étudiants.

Enfin, les docteurs ont de plus en plus leur place dans le monde de l’entreprise. L’industrie par exemple a besoin de spécialiste des matériaux, capables d’innovation et de compétitivité. De la même manière, sociologues ou docteurs en psychologie sociale pourront aisément trouver leurs marques dans les domaines du consulting en ressources humaines.

M.I.

Lire d'autres articles sur le site de L4M